13 septembre

Poème écrit pour le rassemblement "ON TE CROIT" auquel j'ai participé
en tant que femme agressée sexuellement.

illu poeme Severine.jpg

Nous sommes ici.
Là, devant vous.
Partout.
Dans les rues.
Entre les murs des maisons.
Des entreprises. Des théâtres.
Des opéras. Des plateaux. Des hôtels.
Dans les transports en commun. Les écoles. Les métros.
Dans la zone de non-droit qu'est la famille. Dans l'espace domestique. Les parcs. Les places.
Partout.
Dans vos consciences.
Même dans vos consciences éteintes.
Jamais écloses.
Dans vos consciences molles.
Cessez de nous ignorer.
De nous nier.
De détourner votre regard.
De faire comme si nous n'existions pas.
Comme si nous n'étions jamais nées.
Comme si nous n'avions jamais été violées.
Agressées. Maltraitées. Dénigrées. Oubliées.
Cessez de faire semblant de croire
Que nos corps ne sont pas violentables
car éduqués par vous à la vulnérabilité.
Lisez nos mots. Nos pancartes.
Cessez d'agir comme si le patriarcat avait été anéanti.
De faire comme si rien n'avait jamais été subi
Par nous.
Par nous.
Comme s'il n'y avait pas eu de souffrance.
De douleur.
De peur.

Reconnaissez que l'agresseur est protégé
et protégé encore et toujours.
Par vous.
Reconnaissez que vous êtes complices.
Reconnaissez que les criminels ne sont pas jugés.
Condamnés.
Reconnaissez que les victimes
ne sont pas aidées

accompagnées
protégées
écoutées.
Que
par votre silence
vous n'avez pas contribué
à ce que la honte change de bord.
Reconnaissez que vous êtes sans courage.
Sans éthique.
Irresponsables.
Mais nous sommes là.
Regardez-nous.
Nous avons allumé la mèche.
Et rien ne sera plus jamais comme avant.
Nous avons la force qui entraîne même
les petites vagues sur l'eau.
Nous sommes l'invincible
l'incommensurable
l'incontournable
clarté.
Il faudra nous dire :
JE TE CROIS
on te croit
nous te croyons
nous te protègerons
Justice sera rendue.
Nous sommes la main que nous levons
Nous sommes celles qui faisons avancer le monde
Nous sommes le chemin
le feu
la neige
les bois et les forêts
Réveillez-vous.

Poème : Séverine Delrieu

Dessin : Esther Megard

Novembre 2020