Auteur, compositeur et interprète, Eli Marsceau a créé La Compagnie des Chauves-Souris en 2019 pour produire des spectacles originaux à destination du jeune public. Il nous parle de son concert acoustique L’Arbre de Loulou, de ses chansons et de ses ateliers de musique, qui s’axent autour du féminisme et de la lutte contre les discriminations. Une démarche poétique et engagée qui a toutes les chances d’apporter autant aux enfants qu’aux parents !

Mai 2020

Le Castor s’est entretenu avec Frida Salo, co-créatrice de la soirée lyonnaise GLAM Against The Machine. Celle-ci tente de mettre un brin d’allégresse dans le quotidien des personnes LGBTQI+, en montant des shows inclusifs, safe et artistiques, accessibles à tous types de publics, y compris les plus précaires. A l’ère du confinement, elle s’empare des réseaux sociaux pour continuer à faire vivre ses événements pailletés et engagés.

Avril 2020

Laissez-moi vous présenter Carol.

Carol est une histoire d’amour lesbienne, le meilleur film LGBT de tous les temps selon le BFI Flare 2016 (Festival gay et lesbien de Londres), c’est un film réalisé par Todd Haynes en 2015, c’est une intrigue tirée d’un roman de Patricia Highsmith, c’est le nom d’une des deux héroïnes envahie de passion et prise au piège dans une Amérique des années 50 où l’homosexualité se révèle immorale.

Avril 2020

Peach Pony parle de son art queer et punk dans une forme d’autoportrait confiné.

Novembre 2019

Barbara Petit et Laure Valentin lancent Ton album arc-en-ciel, un livre de naissance pour familles homoparentales aux configurations multiples (coparentalité, couples lesbiens, couples gays… ).

En voyant cet album illustré, le sang de La Manif Pour Tous ne ferait qu’un tour. En France, peu d’albums de naissance sont conçus pour les familles homoparentales. Ils véhiculent au contraire une image traditionnelle de la famille, qui ne correspond guère à la réalité. Paru depuis le 30 octobre, le livre de naissance Ton album arc-en-ciel est entièrement réalisé en auto-édition grâce aux fonds d’un financement participatif. Il permet l’ouverture des possibles.

Mars 2019

Julie fait partie des collectifs Lesvos LGBTIQ+ Refugee Solidarity et No Border Kitchen, qui agissent sur l’île grecque de Lesbos aux côtés des personnes migrantes. Afin de pouvoir financer le refuge déjà existant et si possible louer d’autres logements pour y héberger des migrant.e.s LGBTQI+ qui risquent leur vie dans le camp de Moria, à Lesbos, pour payer des avocat.e.s ou apporter un soutien émotionnel et médical aux membres de la communauté, les deux collectifs organisent une cagnotte, accompagnée d’une soirée-concert de soutien le samedi 20 avril au Centre Anim Montparnasse, à Paris.

Février 2019

Le terme « psychophobie » (ou le « sanisme ») désigne toutes les violences faites aux personnes considérées comme « folles », « malades mentales » ou souffrant d’un trouble psychique voire de plusieurs, par rapport aux normes sociales imposées. La psychophobie, c’est ce contre quoi tou.te.s les vivant.e.s ont à se battre : l’étouffement d’un système qui se base sur la binarité des genres et dont le seul critère de raisonnement est la classification du « normal » et de « l’anormal », du bizarre et de l’habituel.

Du 5 au 30 mars 2018

Deux ans après ses interventions au Pavillon des Canaux et à ÆHESS, Le Castor Magazine présentait tout au long du mois de mars l'exposition « Féminismes en tous genres : Histoires d'IELLES » au Centre Montgallet (Paris, 12e).

La fabrique des marginales : les femmes dans la rue

juin 2016

« Sans domiciles fixes ». La préposition « sans » est formelle : les SDF sont constitué.e.s socialement par la privation, l'exclusion. Parmi ces phénomènes qui les rendent invisibles et sans parole, la catégorisation SDF qui succède à « clochard.e », fonctionne telle une instance de normativité. Elle les réifie en mettant l'accent sur l'absence de liens sociaux intégrateurs comme celui de la résidence, alors que le manque de logement n'est pas la raison principale de leur déroute. Il masque bien d'autres problématiques comme les enfances difficiles, les abandons, les abus, les violences physiques et psychiques dont souffrent les femmes dans la rue.

Trouble dans la société : les femmes et la toxicomanie

mars 2016

Usagères de drogues, indigentes, femmes en errance, mendiantes, migrantes… Rayées de l'humanité, ces figures marginales fabriquées par les élites expriment les craintes, les échecs et les contradictions de notre système. 

Les usagères de drogues, contraintes à la clandestinité par des lois répressives et des représentations sociales culpabilisantes, ouvrent notre triptyque sur les « Marginales », un projet qui se veut une réappropriation de la citoyenneté par ces catégories sociales trop souvent dégradées.

DOSSIER : Représentation de la féminité à travers trois films contemporains

novembre 2014

A l’occasion de la sortie ces dernières semaines des films de trois réalisateurs qui placent la figure de la femme au centre de leur œuvre (Céline Sciamma, François Ozon et Xavier Dolan), une analyse de leur représentation de la féminité et de l’identité sexuée était de circonstance. 

PORTFOLIO : « L’androgyne »

octobre 2014

Une tentative de saisir l’insaisissable : des silhouettes et des profils androgynes, où masculin et féminin s’entrelacent, déjouant la norme imposée au contraste et à l’opposition, et supprimant la dualité des sexes.

Édition Jeunesse : De l'autre côté des pages

octobre 2014

Les stéréotypes sexistes envahissent les pages des albums jeunesse, renvoyant des images figées et faussées, sur le rôle et la place dans la société des garçons et des filles, et restreignant les horizons de lecture. Retour sur des ouvrages marqués par un imaginaire normé et des préjugés tenaces.

Le reportage se conjugue au féminin

septembre 2014

Univers exclusivement masculin dans les années trente, le grand reportage ne comptait que 3 % de femmes. Pourtant, malgré ce chiffre ridicule, des intellectuelles engagées s'aventurèrent sur ce « territoire masculin » en explorant des pays agités par les conflits, ravagés par les guerres, et portèrent « la plume dans la plaie » aussi bien qu'Albert Londres. Elles demeurent, aujourd'hui encore, des modèles pour la profession.

Please reload

Le Castor est un magazine participatif ! Vous avez des questions ? Des suggestions d'articles ? Contactez-nous !

 

Join us on :

 

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Instagram
  • Youtube
we-sell-on-etsy.jpg

© 2014-2020