Cybrid des Fluides, créature King

Ce portfolio réalisé par Pam Méliee raconte la naissance extraterrestre de Cybrid des Fluides, créature King. Laissez-vous embarquer dans son combat spatial contre le genre et son empouvoirement interplanétaire. 

Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee
Cybrid des Fluides par Pam Méliee

Cybrid des Fluides 

© Pam Méliee Photographe

Tout comme dans les performances de Cybrid des Fluides, il y a une structure dans ce portfolio qui raconte une histoire, mais avec des parties d'impro, pour ne pas obtenir un résultat trop rigide. Iel m'a appris à « ne pas performer quelque chose de trop strict »

Si vous êtes encore là, c'est que vous vous posez peut-être quelques questions sur le personnage, la performance ou les photographies... ? Laissez-moi vous en dire plus. 

Le nom de Cybrid des Fluides est un mot-valise né de la rencontre entre une créature "Cyborg" et "Hybride". Iel l'a choisi car il évoque un univers qui déconstruit les questions de genre. Ce nom de scène est la promesse d'aller au-delà des limites du corps. Cybrid appartient aussi à la Maison des "Fluides", un système d'entraide qui agit comme une famille bienveillante. « Les maisons drag, explique Cybrid, sont une manière de créer des liens pour s'entraider, se soutenir comme une famille entre artistes drag. Dans la maison des Fluides, nous sommes cinq adelphes et toustes égaux, il n'y a pas de hiérarchie ».  

Iel performe plusieurs fois, à partir de 2015, dans des contextes informels. C'est en septembre 2021 que "Cybrid des Fluides" apparaît sur scène avec le désir « de créer de nouvelles narrations » poétiques et engagées.  Iel touche à énormément de disciplines : story-telling, composition musicale, maquillage, coiffure, vêtements, art scénique... Cette liberté d'expérimentation lui permet d'inventer de nouveaux récits et de nouvelles perspectives pour créer de la place aux personnes queer. 

J'ai réalisé cette série de photographies durant deux cabarets burlesques : Le Vilain Petit Cabaret, le Mercredi 9 mars, et la SCEP Cabaret Boylesque, le Vendredi 25 mars 2022, au Café de Paris. Ces spectacles mélangent de multiples courants artistiques et féministes, de manière inclusive et bienveillante. Durant ces cabarets se côtoient effeuilleur·ses (qui mettent en scène l'art de se déshabiller), danseur·ses, créatures et personnages drag pour qui les normes de genre se brouillent et s’entrelacent. On y découvre des numéros intimes, légers, comiques, mais aussi politiques. Il n’y a pas de normes imposées et cela ouvre les champs des possibles aux artistes. 

Sur les photographies de ces deux cabarets, Cybrid performe le même spectacle. Ce dernier raconte la naissance d’un extraterrestre dans un monde où tout est genré. Une voix lui annonce que s’il veut rester sur la terre, il doit choisir d’être une femme ou un homme. L’extraterrestre est confronté à deux boîtes (l’une bleue, l’une rose), dans lesquelles il va découvrir des lunettes qui lui offrent une vision du monde en genres binaires. L’extraterrestre teste les deux genres. Mais à l’issue de cette expérience, une voix lui annonce : « c’est l’heure, tu dois choisir ». Cybrid ne veut pas choisir. Iel détruit les boîtes et revendique son identité trans.

A la fin de cette performance, c'est très émouvant de voir l'empouvoirement des personnes queer et trans qui viennent saluer Cybrid. Emeraude Plum, créatrice du Vilain Petit Cabaret, résume le tour de force de ce show. « Iel aborde le thème des injonctions sur le genre et l'orientation sexuelle et toutes les discriminations et violences qui en découlent d’une manière très intime puisqu’iel est complètement concerné·e. On sent sa puissance, sa rage et son engagement sur chacun de ses numéros. Iel met en forme d’une manière à la fois très poétique et symbolique le sentiment d'exclusion par le biais de son personnage et nous fait voyager entre la fiction et la réalité en insérant des discours de personnages politiques ou de civil·e·s lgbtqia+-phobes, ce qui nous projette dans l’absurdité et la violence de leurs propos. C’est satirique et engagé, et cela correspond parfaitement à l’âme du Vilain Petit Cabaret ! » 

Les lumières aux couleurs roses et bleues, communément acceptées pour marquer la binarité du genre et régulièrement combattues par les milieux féministes, ainsi que les fonds rouges et bleus, ponctuent ma narration. Le reportage, qui rassemble à la fois les préparatifs de la performance (maquillage, répétition, accessoires, costumes) et des photos de scène, montre l’exploration des genres de Cybrid des fluides. Et comment sa performance artistique transforme son corps en un support de création et un outil de résistance. Cybrid mène une performance poétique et politique tout en partageant ses ressentis, c’est pourquoi mes photographies investissent à la fois des moments assez intimes tels que le maquillage et d’autres qui relèvent de la sphère publique comme les photos de scène. 

Si vous voulez en savoir plus sur Cybrid des Fluides, rendez-vous à la prochaine édition du Vilain Petit Cabaret le Mercredi 8 juin à 20 heures, au Café de Paris ! 

11052022-DSC_1866.jpg

ZOOM SUR LE VILAIN PETIT CABARET

Trois questions à Emeraude Plum, sa fondatrice

Le Castor Magazine : Quand et pourquoi Le Vilain Petit Cabaret est-il né ?

Le Vilain Petit Cabaret est né fin 2021 de la frustration de ne pas avoir trouvé de cabarets burlesques parisiens qui épousent totalement mes convictions et où je pourrais avoir une place régulière.

 

Comment le définirais-tu en quelques mots ? Qu'est-ce qui le caractérise ?

 

Le Vilain Petit Cabaret est un petit univers hors du temps dans lequel se mélangent différentes influences des multiples courants de la pratique du cabaret de manière aussi inclusive que possible et bienveillante. Son nom fait référence au conte bien connu, dont la morale est d’inciter à ne pas rejeter l'autre sous prétexte qu'il est (considéré par la “majorité/norme” comme) différent. 

Ce que je souhaitais en ouvrant ce cabaret, c’est de l’intime, du léger, du comique, mais aussi du politique, de l’écoute, et surtout aussi bien dans le public que sur scène, arriver à mélanger des personnes issues de différentes communautés et donc les messages partagés pour que chacun·e puisse apprendre de l’autre, de ses combats, et des discriminations subies et y trouver une nourriture émotionnelle et se sentir moins seul·e.

Qu'est-ce que tu apprécies dans le cabaret burlesque ?

J’apprécie la liberté de pouvoir s’exprimer sur tous types de sujets, des plus légers au plus sérieux, que ce soit l’artiste qui pose ses limites et la diversité des types de performances. J’aime qu’il n’y ai pas de normes imposées car cela ouvre dans champs de possible artistiques infinis ! 

On a tendance rapidement à enfermer le cabaret burlesque dans le “tease to please”, l'esthétique Dita Von Tease, les corsets, les bas, le glamour et la sensualité. On y vend la “libération de la femme” mais selon moi on y renforce les carcans; j’ai entendu souvent la phrase “on va apprendre à gommer ses défauts" (avec un corset pour affiner la taille, du fond de teint sur les jambes pour gommer la celullite, etc.).

Je ne me reconnais pas dans ce burlesque et dans ces codes ultra-genrés comme norme même si cela m’amuse d’avoir la possibilité d’en jouer parfois. C’est une partie infime de ce qui existe en burlesque et même si les autres arts burlesques possèdent une trop petite visibilité du grand public, ils existent bien et c’est cette partie là qui est pour moi libératrice et dont je suis tombée amoureuse !

Note d'intention et propos recueillis par Pam Méliee

Juin 2022